Intégration

      Une partie du jardin est construite sous de jeunes saules; Ils résultent de la restauration complète d'une vieille saulaie laissée à  l'abandon depuis fort longtemps et retournée à l'état de sauvagerie impénétrable. Seul le relief a été gardé intact et peut déjà expliquer en partie cette première image.

 

      Le pré descend en légère pente et pénètre délicatement dans la partie jardinée. Il en est ainsi partout dans la rencontre du jardin et de la campagne. La campagne environnante s'engage dans le jardin, le jardin s'avance dans la nature alentour. C'est le relief primitif qui règle cette osmose plus ou moins importante.

 

      Nulle part il n'y a de limite marquée entre le jardin et la campagne, ni haie ni bordure de buis, de houx ou de troënes. Jardin et nature sauvage forment un grand tapis continu de verdures variées et de fleurs diverses.

 

      Ceci est la première trace visible d'une volonté d' intégration du jardin dans la campagne environnante, continuité sans rupture.

 

      Intégrer le jardin dans la campagne alentour, ce nest pas copier fidèlement ce qu'on peut y rencontrer "naturellement"  mais c'est rechercher des résonnances entre tous les paramètres qui déterminent le style du jardin: les arbres, les arbustes, les vivaces, les fleurs, les graminées, le cheminement, les fabriques...et plus particulièrement ce qui conditionne la structure du jardin (rythme, couleurs des verdures et des fleurs, la suggestion des courbes légères et les volumes).